Una veghja à u fucone. Une veillée au coin du feu.

Per l'imparera è a spartera di a nostra lingua.
Risponde
Avatar du membre
Filippu
Vechju Lione
Messaghji : 41852
Arregistratu u : 10 Mag 2004 22:40
Lucalisazione : Sò Quì
A remercié : 538 fois
A été remercié : 398 fois

Una veghja à u fucone. Une veillée au coin du feu.

Message da Filippu »

CORSICA
In Lingua Corsa :

Una ghjuvanetta chi purtaia u dolce nomu di Sica uardiaia una banda d'animali à nantu à rivi da u mare Liguru. Un omu passaia par qui. T'avia i tratti duri, a faccia scapillata di qualqissia chi s'era imbaruffatu tantu è tantu à l'ochju di u sole. Ma era stancu di tuttu què. Tuttu l'annuiaia, è i battagli viulenti ùn aviani oramai più nisciunu senza elle.

Era ghjuntu à un età induva u pinseru d'une donna à fiancu à ellu si facia di più in più primorosu. A vidia , a sunniaia. T'avia u visu chjaru, una longa treccia. Saria brava è li ubbidisciaria. Induvinaria i so brami à i rializaia senzabisognu d'ùn di nudda. Quandu d'un colpu s'affaco davanti à ellu, comu l'avia bramata. Un visu guasgi sbincatu, pichjinatu di rusicciu. Una longa treccia ramata li falaia da sottu à u spinu. E parolle li mancaiani. Comu aburdà sta cara nucenti ? In i so sonnii, li parlaia simpliciamenti, tandu dicisi d'avvicinà si d'ella è di li li :
"Ava chi tù sè meia, ùn averè pi guardà i bestii."
U fighjulaia abbambanata, senza essa sicura d'avè bè capitu :
"Comu ? Di'issi à ghjuvanetta.
Ripiti : Avà chè ti si meia, ùn avarè più guarda i bestii."
U sangue liguru di a ghjuvanetta li cullo in capu :
"Sapeti ô sgio chi Sica ùn hè à nimu. Quant'à l'animali, s'eu i guardu, hè per sunnià à i rivi luntaniinduva ghjungjaraghju un ghjornu. Viditi chi ùn aghju bisognu nè di vo, nè d'un' altru, chi a me avvena hè disgià tracciata.

Ascultendu ste parolle, secchi stintinati è fermi, u guerrieru vulto in l'anima di u cumbattenti ch'ell'era sempre statu. Piddo u cultellu appicantu à a so cinta è impiuttulo u core di Sica. A furia crescendu in ellu stessu, ando à circà in u pettu di Sica, u core cusi pugnulatu da u cultellu, è lu stirpo cu i mani, pà lampà lu in mare.

Qualchi ghjorni dopu, un'isula nasci in Mediterraniu. T'avia à forma d'un core di christianu di i manicu di cultellu. Di sicuru chi era qui u core di Sica, Corsica...

In Francèse :

Une jeune fille qui portait le doux nom de Sica gardait un troupeau sur les bords de la mer Ligurienne. Un homme passait par là. Il avait les traits durs, le visage buriné de quelqu'un qui s'est beaucoup battu au soleil. Mais il était las de tout ça. Tout l'ennuyait, et les violentes batailles n'avaient plus de sens.

Il était arrivé à un âge où la pensée d'une femme se faisait de plus en plus pressante. Il la voyait, l'imaginait dans es songes. Elle avait le teint clair, une longue tresse. Elle était docile et lui obéirait. Elle devinerait ses désirs et les comblerait avant qu'il ne les ait verbalisés. Quand soudain elle apparut devant lui, telle qu'il l'avait imaginée. Le teint preque pâle, parsemée de tâches de rousseur. Une longue tresse cuivrée lui tombait au bas du dos. Les mots lui manquaient. Comment aborder cette tendre ingénue ? Dans ses rêves, il lui parlait simplement, aussi, prît-il le parti de s'approcher d'elle et de lui dire :
"Maintenant que tu es à moi, yu n'auras plus besoin de garder de troupeau."
Elle le regarda interdite, n'étant pas sûre d'avoir bien compris :
"Pardon ? dit-elle.
Il réitéra :
"Maintenant que tu es à moi, tu n'auras plus besoin de garder de troupeau !"
Le sang ligurien de la jeune fille ne fît qu'un tour :
"Sachez monsieur que Sica n'appartient à personne. Quant au troupeau, si je le garde, c'est pour rêvasser au rivage lointain que j'atteindrai un jour. Vous voyez que je n'ai besoin ni de vous, ni d'un autre, car mon avenir est déjà tracé."

A ces mots froids et définitifs, le guerrier revint dans l'âme du combattant qu'il n'avait jamais cessé d'être. Il prît le poignard accroché à sa ceinture et le planta dans le coeur de Sica. La fureur s'étant emparé de lui, il alla chercher dans le sein de Sica, l'organe ainsi frappé au couteau, et l'arracha à mains nues pour le jeter à la mer.

Quelques jours plus tard, une île apparut dans la Méditerranée. Elle avait la forme d'un coeur humain surélevé d'un manche de poignard. Il ne fait aucun doute que c'était le coeur de Sica. Corsica...

Brigitte Brozzu è Hélène Bonardi.

Une veillée au coin du feu.
Mythes et légendes de Corse.

Una veghja à u fucone.
Miti, conti è lighjendi di Corsica.

Chi fa ? Ma chi si po fa ? Ci vole à . . .
Un Vi Scurdate Micca : Simu Nati Per Soffre.
Kill 'Em All !!!
:fb1:
💙ERI, OGHJE, DUMANE è PER SEMPRE : PIU CHE MAI FORZA BASTIA !!!

Avatar du membre
Filippu
Vechju Lione
Messaghji : 41852
Arregistratu u : 10 Mag 2004 22:40
Lucalisazione : Sò Quì
A remercié : 538 fois
A été remercié : 398 fois

Re: Una veghja à u fucone. Une veillée au coin du feu.

Message da Filippu »

Ava à voi di ditte à vostru contu.
:D

Chi fa ? Ma chi si po fa ? Ci vole à . . .
Un Vi Scurdate Micca : Simu Nati Per Soffre.
Kill 'Em All !!!
:fb1:
💙ERI, OGHJE, DUMANE è PER SEMPRE : PIU CHE MAI FORZA BASTIA !!!

Avatar du membre
Filippu
Vechju Lione
Messaghji : 41852
Arregistratu u : 10 Mag 2004 22:40
Lucalisazione : Sò Quì
A remercié : 538 fois
A été remercié : 398 fois

Re: Una veghja à u fucone. Une veillée au coin du feu.

Message da Filippu »

A Santa di U Niolu
In Lingua Corsa :

A Santa di U Niolu
Una volta l’annu, cullemu in Niolu
Ghjè festa in paese, d’Albertacce a fine di Golu
Veghu à Carlu-Antone , si comprà un cappellone
E dui ferri , per mette in lu so fucone
Una volta l’annu , cullemu in Niolu
Pè a Santa , pè a Santa , cullemu in Niolu
Una volta l’annu , femu festa à a Santa
A cantà e paghjelle , cun una fede tamanta
E po ghjughemu a morà , cun d’altri paisani
Ci scurdemu di l’ora , è ghjunghje digià a mane
Una volta l’annu , cullemu in Niolu
Pè a Santa , pè a Santa , cantemu in Niolu
Aghju u Niolu , aghju u Niolu , aghju u Niolu à festighjà
Aghju u Niolu , aghju u Niolu , aghju u Niolu à fà cantà
Una volta l’annu , cullemu in Niolu
I nostri quattru soldi , smariscenu à u ghjocu
Forte ghjè quellu , ch’e ùn torna sbiavititu
Quand’ellu perde grossu , ùn burlà u banditu
Una volta l’annu , cullemu in Niolu
Pè a Santa , pè a Santa , cullemu in Niolu
Una volta l’annu , cullemu in Niolu
Laghemu capre è boiè , à e nostre mogliè
In un baraccone , ci pigliemu un sbornione
Ascultendu Petru , è le so canzone
Una volta l’annu , cullemu in Niolu
Pè a Santa , pè a Santa , cantemu in Niolu
Aghju u Niolu , aghju u Niolu , aghju u Niolu à festighjà
Aghju u Niolu , aghju u Niolu , aghju u Niolu à fà cantà
d’Albertacce à Casamacciuli , aghju u Niolu , à festighja
Aghju u Niolu , aghju u Niolu , aghju u Niolu à fà cantà

(Petru Cerutti)

En Français :

A Santa di U Niolu.
La Sainte du Niolu.
Une fois par an, nous montons au Niolu
C'est la fête dans le canton, d'Albertacce jusqu'au Golu
Je vois Carlu-Antone, il s'achète un chapeau
Et deux fers, pour mettre dans son feu (âtre)
Une fois par an, nous montons au Niolu
Pour la Santa, pour la Santa, nous montons au Niolu
Une fois par an, nous faisons la fête à la Santa
Chants et paghjelle, avec une grande foi
Et puis nous jouons à morà, avec d'autres pays (villageois)
Une fois par an, nous montons au Niolu
Nous oublierons l'heure, et vient déjà le matin
Une fois par an, nous montons au Niolu
Pour la Santa, pour la Santa, nous chantons
J'ai le Niolu, j'ai le Niolu, j'ai le Niolu à fêter
J'ai le Niolu, j'ai le Niolu à faire chanter
Une fois par an, nous montons au Niolu
Nos quatre sous, disparaissent au jeux
Forcément il y a celui-là, et un autre qui est pâle
Quand il se perd gros, le bandit (voleur) se moque
Une fois par an, nous montons au Niolu
Pour la Santa, pour la Santa, nous montons au Niolu
Nous lâchons chèvres et boeufs, et nos Femmes (épouses)
Dans une petite baraque, nous prenons une cuite
Nous écoutons Pierre et se chansons
Une fois par an, nous montons au Niolu
Pour la Santa, pour la Santa, nous chantons au Niolu
J'ai le Niolu, j'ai le Niolu à fêter
J'ai le Niolu, j'ai le Niolu à faire chanter
D'Albertacce à Casamacciuli, j'ai le Niolu à fêter
J'ai le Niolu j'ai le Niolu à faire chanter.

Je ne me suis aidé d'aucun support pour la traduction, alors s'il y a des fautes, veuillez me pardonner et me corriger svp.
Merci d'avance.

Chi fa ? Ma chi si po fa ? Ci vole à . . .
Un Vi Scurdate Micca : Simu Nati Per Soffre.
Kill 'Em All !!!
:fb1:
💙ERI, OGHJE, DUMANE è PER SEMPRE : PIU CHE MAI FORZA BASTIA !!!

Avatar du membre
Filippu
Vechju Lione
Messaghji : 41852
Arregistratu u : 10 Mag 2004 22:40
Lucalisazione : Sò Quì
A remercié : 538 fois
A été remercié : 398 fois

Re: Una veghja à u fucone. Une veillée au coin du feu.

Message da Filippu »

In Lingua Nustrale :

A ti dicu

E tu
Biatu à tè
Chi ùn dice mai nunda
Malgratu u calindariu tristu
Chi t'inchjacca u capu
Fendu sfrighja li to carri

Calindariu di a bestia sempre viva
Canzone bughji imparati versu culandi
Lamaghjona di sangue purtate cum'è crucifissu
O l'arghjetu quant'è tù ni sà

A bocca chjosa è occhji aperti
Ti ni sta à mezu stradonu
Chi a porta di a to casa hè senza zugliu.

En Français :

Je te le dis

Et toi
Le bienheureux
Qui ne dit jamais rien
Malgré le calendrier triste
Qui t'entaille la tête
Faisant tressaillir les chairs

Calendrier de la bête encore vivante
Chansons de la nuit apprises de l'autre côté
Ronciers de sang porté comme un crucifix
O l'artiste comme tu es savant

Bouche muette et regard clair
Tu es planté au milieu du chemin
Car la porte de ta maison n'a point de seuil.

Chi fa ? Ma chi si po fa ? Ci vole à . . .
Un Vi Scurdate Micca : Simu Nati Per Soffre.
Kill 'Em All !!!
:fb1:
💙ERI, OGHJE, DUMANE è PER SEMPRE : PIU CHE MAI FORZA BASTIA !!!

Avatar du membre
Filippu
Vechju Lione
Messaghji : 41852
Arregistratu u : 10 Mag 2004 22:40
Lucalisazione : Sò Quì
A remercié : 538 fois
A été remercié : 398 fois

Re: Una veghja à u fucone. Une veillée au coin du feu.

Message da Filippu »

In Lingua Nustrale.

Culomba.

E una volta di più a culomba s'hè mossa
Sparghjendu le so ale di dispettu
Cù un imperu à fà spaccà i monti

Ma u patronu di sti locu sè tù mi pare
Patronu di chi à u ghjustu
Di a pula secca di a pantaniccia umida
Di i rdichi fermani qui

In ogni casu mai di l'aria
Chè ventu sbuffula
Sparghjendusi
Com'è u pane si frazza

Culomba in libertà
Un ci sarà nimu per accuncatti

In Lingua Francese.

Colombe.

Et une nouvelle fois la colombe s'est envolée
Déployant ses ailes de mépris
D'un orgueil à faire pâlir les monts

Mais c'est toi me semble t'il le maître des lieux
Maître de quoi au juste
De la poussière sèche de la fange humide
Des racines qui demeureront ici

En tout cas jamais de cet air
Que le vent disperse
Et qui s'éparpille
Come le pain s'émiette

Colombe en liberté
Personne ne sera donc jamais ton maître.

Chi fa ? Ma chi si po fa ? Ci vole à . . .
Un Vi Scurdate Micca : Simu Nati Per Soffre.
Kill 'Em All !!!
:fb1:
💙ERI, OGHJE, DUMANE è PER SEMPRE : PIU CHE MAI FORZA BASTIA !!!

Avatar du membre
Filippu
Vechju Lione
Messaghji : 41852
Arregistratu u : 10 Mag 2004 22:40
Lucalisazione : Sò Quì
A remercié : 538 fois
A été remercié : 398 fois

Re: Una veghja à u fucone. Une veillée au coin du feu.

Message da Filippu »

In Lingua Corsa :

CUM'E DIU MANI CHI SI PESANI

Quelli l'ochji i chjuderemu senza mai avè vistu
U volu graziosu di l'acellu

Fighjulatu l'avemu di sicuru
Ma chi n'averemu fattu

Accantatu in un scagnu
U ci sminticatu
E ù ci ani arrubbatu

Si po dà ancu chi un bel ghjornu
Stu volu si sia messu à cantà
Lintendu impauritu
Un avvedaci scrianzatu

Almenu ch'ellu un fussi un raspu
chi un si pudia più piattà.

En Langue Française :

COMME DEUX MAINS QUI SE LEVENT

Fermerons nous les yeux sans avoir jamais vu
Le vol gracieux de l'oiseau

Nous l'avons sûrement remarqué
Mais qu'en avons nous fait

Rangé dans un tiroir
Nous l'avons oublié
Et ils nous l'ont dérobé

Mais il est possible qu'un beau jour
Ce vol se soit mis à chanter
Lâchant craintif
Un au revoir mal éduqué

A moins que ce ne fût un sanglot
Qui ne pouvait plus se cacher.

Chi fa ? Ma chi si po fa ? Ci vole à . . .
Un Vi Scurdate Micca : Simu Nati Per Soffre.
Kill 'Em All !!!
:fb1:
💙ERI, OGHJE, DUMANE è PER SEMPRE : PIU CHE MAI FORZA BASTIA !!!

Avatar du membre
Filippu
Vechju Lione
Messaghji : 41852
Arregistratu u : 10 Mag 2004 22:40
Lucalisazione : Sò Quì
A remercié : 538 fois
A été remercié : 398 fois

Re: Una veghja à u fucone. Une veillée au coin du feu.

Message da Filippu »

In Lingua Nustrale :
A FESTA DI TUTTI I SANTI & A NOTTE DI I MORTI
A Festa di I Santi venne da u novu annu di a mitulugia celtica : "Samain", chì significa "Riunione".
E feste rilighjose anu una piazza impurtante pà a Corsica, assai appiccicati à i valori è à i custumi rilighjosi.
Luntana da e feste cummerciali, ghjè à u paese cù a famiglia à l'amichi, chì l'abitanti si riuniscenu pà a cummimurazione di i defunti rispettendu tutti i custumi.
U primu di nuvembre si celebra dunque Tutti I Santi. ghjurnata di racuglimentu induve i campi santi sò animati, decurati pà unurà l'antinati è accasà un cuntattu cù i spariti. Pà caccià i gattivi spiriti à apre a via à i morti, ricuprendu e tombe cù fiori, candele, filette, petre, baioculle è curallu.
Issa notte, i morti devenu riapparisce induve anu vissutu. Si devenu lascià manghjume nantu à e finestre o ind'a casa prima di dorme, pane è acqua, o latte è castagne (In Bonifaziu pà esempiu si face u celebru Pane di i Morti, ind'u nordu d'a Corsica si face a Salviata). Si dice chì quandu e campane squillanu a sera, i morti si discitanu da e so tombe è vaganu.

In Lingua Francese :
LA TOUSSAINT ET LA NUIT DES MORTS
La Toussaint vient de la célébration du nouvel an de la mythologie celtique : "Samain", qui signifie "Réunion" en gaélique. Les fêtes religieuses ont une place importante pour les Corses et ceux-ci sont très attachés aux valeurs et aux coutumes. Loin des fêtes commerciales, c'est au village avec la famille et les amis, que les habitants se réunissent pour la commémoration des défunts, respectant toutes les coutumes.
Le 1er novembre se célèbre donc la Toussaint, journée de recueillement, où les cimetières sont animés, décorés pour honorer les ancêtres et créer un contact avec les morts. Pour chasser les mauvais esprits et ouvrir la voie aux morts, les corses recouvrent les tombes de fleurs, bougies, fougères, pierres, coquillages et corail.
Cette nuit, les morts doivent réapparaître où ils ont vécu. Il faut alors laisser à manger dans ou sur les fenêtres de la maison avant de dormir, pain et eau, lait ou chataîgnes (Dans le Sud de la Corse et plus particulièrement à Bonifacio, se fait le célèbre Pain des Morts; dans le Nord de la Corse se fait la Salviata).
Quand les cloches sonnent le soir, les morts se réveillent de leurs tombes et errent dans le village.

Chi fa ? Ma chi si po fa ? Ci vole à . . .
Un Vi Scurdate Micca : Simu Nati Per Soffre.
Kill 'Em All !!!
:fb1:
💙ERI, OGHJE, DUMANE è PER SEMPRE : PIU CHE MAI FORZA BASTIA !!!

Risponde